Serons-nous Porte-Parole de Dieu ?

Publié le par Paroisse Leguevin

Serons-nous Porte-Parole de Dieu ?

ANNEE B.  04° Dimanche du Temps Ordinaire. Léguevin 31 Janvier 2021

 

  L’incertitude et l'angoisse tenaillent beaucoup de nos contemporains.

  • Alors certains consultent les quelques 40 000 diseurs, voyants, devins ou cartomanciennes de France, qui prétendent en savoir plus que nous.
  • D’autres rêvent d’entrer en relation directe avec Dieu et les forces supérieures. Mais Dieu ne cède pas à ce désir de l'homme, car l'homme doit se construire lui‑même.

Par contre, comme nous le rappelle la première lecture, il est important « qu’au milieu de nous se lève un prophète ». Ce «  porte‑parole » livre la pensée de Dieu, mais laisse une « distance » garantissant la liberté de l'homme en lui permettant d'être responsable. Car notre Dieu ne nous dicte pas une conduite figée que nous n'aurions qu'à exécuter. Il nous fait connaître des buts à atteindre et nous laisse le soin d'inventer les moyens pour y parvenir.

Mais comment distinguer un vrai « prophète » dans ce foisonnement de « diseurs », de « conteurs », « d'extra‑lucides » et autres « bavards » ? Comment découvrir un prophète dont les paroles nous viendraient de la part de Dieu ?

D'abord, le vrai prophète ne fait pas de chiffres d'affaires : Dieu est gratuité, don de vie. D'autre part, le prophète n'est pas celui qui prédit l'avenir d'une personne... celle‑ci n'ayant plus qu'à transcrire en traits pleins ce que le voyant aurait tracé en pointillés...

Non, le prophète a une parole pour aujourd’hui…

  • une parole qui ne répond pas à une curiosité

            mais ouvre des possibilités de sens à donner à notre vie, à notre action...

  • une parole qui ne ferme pas l'avenir en le dessinant, en le décrivant à l'avance

            mais une parole qui, au contraire, nous ouvre à l'avenir, nous donne motivation pour              l'inventer...

  • une parole qui ne va pas forcément dans le sens de ce que nous souhaitons, dans le sens de nos désirs mais une parole qui provoque, qui nous provoque à agir...
  • une parole qui desserre les « verrous » qui sont en nous‑mêmes, et qui ne nous rend pas dépendants de celui qui parle.
  • une parole qui nous renvoie à nos relations avec Dieu, avec les autres, avec nous‑mêmes...

Jésus lui‑même a été Prophète ! et ce qui surprend les auditeurs de Jésus, c'est l'autorité de sa parole. Il n'est pas question d'autoritarisme ou de volonté de se mettre en avant... non, rien de tout cela. Il est venu « pour que les hommes aient la vie et l’aient en abondance ». Il est venu pour libérer les hommes de tous les carcans qui les enferment et les empêchent

  • de devenir eux-mêmes,
  • de vivre selon la volonté de Dieu et d’être des enfants bien-aimés.

Tout simplement, à partir de ce qui est écrit, Jésus porte une parole nouvelle en fonction des besoins de son temps. D'autre part, cette parole neuve, il la tire de son expérience. Ce qu'il dit, il le vit. Sa présence, sa parole provoque chez ses auditeurs le désir d'être libres, d'être à l'image de Dieu...

Qu'en est‑il de nous‑mêmes aujourd'hui ? Bien sûr, nous parlons…. Nous parlons parfois beaucoup !

 Ce que je dis, est‑ce que je m'efforce de le vivre moi‑même ?  Sinon, comment puis‑je être crédible ?             Ma parole n'a pas d'autorité.

Ma parole, mon comportement disent‑ils quelque chose de l'Esprit de Dieu qui est en moi depuis mon             baptême ?

Ma parole, ma façon d'agir donnent‑elles confiance, envie aux autres de se redresser ?

Que cette eucharistie, où nous célébrons le Seigneur Jésus qui est allé jusqu’au bout de ce qu’il disait ; nous donne le courage d’en faire autant. Alors, peut-être, serons-nous prophètes, et porte parole de Dieu pour les hommes et femmes de notre temps.

 

Publié dans Mot Père Philippe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article